Le soutien à la famille d’Angelo Garand s’organise

Justice et Vérité pour Angelo Garand : 3 mois après le soutien s'organise Depuis le 30 mars 2017, la famille Garand s'organise afin d'exiger Vérité et Justice pour son proche Angelo, mis à mort ce jour-là près de Blois par l'antenne du GIGN de Tours. Le 30 juin dernier, la famille Garand et ses soutiens diffusaient un communiqué revenant sur les faits, et annonçant la création d'un groupe d'appui concret à Blois, dans le cadre d'une solidarité à laquelle ont souscrit de nombreuses {---Continuer la lecture---}

Le 30 mai à Tours, Justice et Vérité pour Angelo Garand !

Rassemblement "Justice et Vérité pour Angelo" à Tours en solidarité avec la famille Garand, mardi 30 mai à 18H, place Jean-Jaurès devant le Palais de Justice. En présence de membres de la famille. Ce 30 mai 2017, cela fera en effet deux mois que la famille Garand réclame Justice et Vérité pour son proche Angelo, abattu de 7 balles par des hommes de l'antenne du GIGN de Tours, à Seur, le 30 mars dernier. Angelo Garand avait 37 ans, 3 enfants âgés de 19, 17 et 14 ans, un père très {---Continuer la lecture---}

Rencontre « Justice et Vérité pour Angelo Garand » à Orléans

Le Collectif ACIDE organise à Orléans une rencontre "Justice et Vérité pour Angelo Garand", en présence de sa soeur Aurélie pour la famille Garand, et d'Amal Bentounsi pour le Collectif Urgence notre Police Assassine. Rendez-vous à 20h à la Maison des Associations (46ter rue Sainte-Catherine, 45000 Orléans). Le 30 mars 2017, Angelo Garand était abattu de 7 balles dans le torse chez son père à Seur, non loin de Blois, par des hommes de l'antenne du GIGN de Tours. À travers une vidéo {---Continuer la lecture---}

Justice pour Angelo, solidarité avec la famille Garand !

Rassemblement à la mémoire d'Angelo Garand, samedi 22 avril à 15H devant le tribunal de Blois (1 pl. de la République), à l'appel de la famille Garand et de ses soutiens : « Le 30 mars, Angelo Garand a été exécuté par les gendarmes à Seur, dans le Loir-et-Cher. Les membres de la famille, traités comme des criminels, ont été mis en joue et brutalisés, en présence d’un enfant de trois ans. Venus pour l’interpeller, les hommes du GIGN l’ont abattu à bout portant, dans {---Continuer la lecture---}